Province de Luxembourg

Une institution proche et partenaire

Citoyens

Le Pôle de Prévention Cardio-vasculaire transfrontalier

La Province de Luxembourg a été interpellée par ce problème important de santé publique. Dès lors, l'Observatoire de la Santé a concentré toute son énergie sur un programme très ambitieux qui s'inscrit dans le cadre d' Interreg III-A Wallonie-Lorraine-Luxembourg : « Le pôle de prévention cardio-vasculaire transfrontalier, un réseau d'études et d'actions communes de prévention cardio-vasculaire ».

Actuellement, il n'existe aucune étude sur les populations de ces trois régions. Pour combler ce manque, un projet transfrontalier a vu le jour, grâce à un partenariat entre la province de Luxembourg, la Lorraine et le Grand-Duché de Luxembourg dont l'objectif est de définir et mesurer de manière transfrontalière les indicateurs significatifs des risques cardio-vasculaires en population générale afin de développer des actions de prévention communes.

Pour atteindre cet objectif, le projet a été subdivisé en trois phases opérationnelles :

  1. Collecte, harmonisation et standardisation des données existantes relatives aux risques cardio-vasculaires des trois pays/régions.
  2. Etude de faisabilité d'un échantillon (étude transversale) dans les trois régions pour mettre en évidence les interactions entre les facteurs génétiques et environnementaux dans les risques cardio-vasculaires.
  3. Définition (cahier des charges) des moyens et des actions de prévention et d'étude de politique de santé dans le domaine des risques cardio-vasculaires dans les trois régions : le pôle de prévention cardio-vasculaire transfrontalier.

L'objectif de ce présent projet vise à une meilleure compréhension de l'état de santé du coeur de la population luxembourgeoise par une observation de ses habitudes de vie. De ces observations découle la mise en place d'actions de prévention et de promotion de la santé cardio-vasculaire de la population. Les habitudes de vie à risque principalement mises en cause dans les maladies cardio-vasculaires sont le surpoids, l'hypertension artérielle, l'hyperlipidémie, le diabète, le tabagisme, la consommation excessive d'alcool, les déséquilibres alimentaires ainsi que la sédentarité. Ce projet vise également à comparer les habitudes de vie entre les populations des trois régions.

Pour mener à bien ce projet, l'Observatoire de la Santé, opérateur actif de cette recherche, a effectué une étude pilote en offrant la possibilité à 50 personnes âgées entre 18 et 70 ans, résidant en province de Luxembourg, de participer à une grande enquête sur les habitudes de vie assortie d'un bilan clinico-biologique complet et gratuit. Grâce à une étroite collaboration avec les médecins cardiologues et le Centre Hospitalier de l'Ardenne, la collecte des données a pu être clôturée en octobre 2006 permettant ainsi l'analyse de cette étude pilote et les conclusions qui en découlent dans l'optique d'une enquête à plus grande échelle.

D'après l'Organisation Mondiale de la Santé, les maladies cardio-vasculaires seront en 2020 la principale cause de mortalité dans le monde. Actuellement en Europe, un décès peut être attribué toutes les 20 secondes à une maladie cardio-vasculaire, les coûts étant estimés à 500 billions d'euros. Un tiers de ces décès survient sans aucun symptôme clinique antérieur. Il s'agit donc d'un problème de santé publique majeur. La prise en charge d'un tel problème majeur en santé publique s'avère donc être nécessaire. Il est, par conséquent, essentiel de promouvoir le développement accru de la prévention de la santé cardio-vasculaire et d'instaurer une meilleure compréhension de ce phénomène au sein de la population luxembourgeoise.